JIF 2021 : M.Traoré Wodjo Fini invite l’Etat ivoirien à faire du leadership féminin une priorité gouvernementale

Publié le 11/03/2021 à 10:10

Le Club Union Africaine Côte d’Ivoire (CUA-CI), en partenariat avec l’Initiative pour la promotion du Genre, du développement et du leadership en Côte d’Ivoire (IPG-CI) ont célébré la Journée Internationale des droits de la Femme (JIF) 2021 par la réflexion sur la situation des femmes en Cote d’Ivoire. C’était sous la forme d’une conférence publique, le mardi 9 mars dernier au siège du Club Union Africaine Côte d’Ivoire à Abidjan.
Invité à faire une communication, M.Traoré Wodjo Fini, expert en Droits de l’Homme, conseiller chargé des Droits de l’Homme au ministère de l’intérieur et de la sécurité, PCA du Club Union Africaine Côte d’Ivoire et ex-vice président du CNDH, a mis l’accent sur le rôle important joué par la femme dans la lutte contre la pandémie de la COVID 19.
S’appuyant sur le thème de cette 44e édition de ladite journée « Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 », le conférencier a démontré que les femmes, en première ligne de cette lutte, ont montré leurs potentialités de résilience face à la maladie. Il a souhaité une préservation des droits de la femme dans le contexte de crise économique provoqué par la pandémie du Covid-19.
A en croire l’expert en Droits de l’Homme, les gouvernants devraient favoriser un cadre économique plus propice aux femmes. « Les femmes sont en première ligne dans la crise sanitaire de la Covid-19. Près de 60 % de femmes s’investissent dans l’économie mondiale. C’est la raison pour laquelle ce thème a été choisi. Cela représente aussi une forte implication de la femme dans le développement économique mondial. Leur résilience face à cette maladie est d'ailleurs à saluer », a-t-il relevé.
C’est pourquoi, il a profité de cette tribune pour lancer un appel à la « mobilisation » pour faire de la question du genre une priorité afin de favoriser une insertion économique et socioprofessionnel des femmes.
Aussi n’a-t-il pas manqué d’inviter les femmes à s’impliquer davantage dans la lutte commune pour le respect de leurs droits pour parvenir à un leadership féminin plus effectif en Côte d’Ivoire ».
Devant un auditoire composé de jeunes filles, élèves en classe de 1ere, le PCA du Club Union Africaine Côte d’Ivoire qui s’est félicité de leur présence, les a invitées à cultiver le leadership féminin afin de mieux appréhender les questions liées aux droits de la femme en général. Tous les gouvernements devraient « privilégier la femme » dans le tissu social, économique et sécuritaire. « Les femmes et surtout la jeune fille ont droit à l’éducation, à des soins de qualité et la sécurité au même titre que les hommes », a-t-il ajouté, non sans féliciter et encourager l’Etat ivoirien pour son engagement à faire du leadership féminin une priorité gouvernementale.
Un combat qui devrait enrayer les cas d’injustice, d’inégalité et toute forme de violence dont sont victimes les femmes. « La Côte d’Ivoire doit faire des efforts car la population nationale est dominée majoritairement par les femmes. De ce fait, les femmes devraient donc pouvoir accéder aux postes de responsabilité au même titre que les hommes, dans les institutions nationales notamment, le parlement, les ministères et même les postes stratégiques parce qu’elles en ont la capacité. L’égalité, l’équité et le respect s’impose à tous et sans aucune discrimination », a-t-il dit.
Cette conférence, faut-il le noter, a été l’occasion pour le secrétaire général du CUA-CI, Bamba Vassindou, de saluer l’expertise du conférencier sur le sujet développé, non sans appeler les jeunes filles (élèves) à s’engager pour un leadership fort pour l’avenir de la nation ivoirienne.
Augustin Tapé

Commentaires:

Condé (12/03/2021 à 00:12)

Je veux bien adhéré mais je ne sais pas comment faire .

Condé (12/03/2021 à 00:10)

Je veux bien adorée mais je ne sais pas comment faire.