Gestion des stocks d’armes et de munitions : Un atelier régional se tient à Abidjan

Publié le 24/03/2021 à 06:43

« Soyez rassurés, que le gouvernement de la Côte d’Ivoire suivra avec un grand intérêt vos activités et évidemment en exploitera à bon escient les recommandations », a indiqué le ministre de l’intérieur et de la sécurité, Vagondo Diomandé, à l’ouverture de l’atelier régional PSSM et Coopération policière et judiciaire dans la lutte contre la prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petit calibre, le mardi 23 mars 2021.
Il a traduit au nom du gouvernement ivoirien l’honneur pour la Côte d’Ivoire d’accueillir cette rencontre d’échanges et de partage d’expériences. Il a profité pour saluer les efforts de mutualisation et de synergie des moyens et actions pour apporter des réponses efficaces à ce fléau.
Des experts des Commissions nationales de lutte contre la prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petit calibre (ComNat-ALPC) de l’espace CEDEAO devront partager, du mardi 23 au vendredi 26 mars 2021 à Abidjan, leurs expériences sur la sécurisation de l’armement des forces et la coopération transfrontalière. Cet atelier régional s’inscrit dans le cadre du projet Côte d’Ivoire Small Arms Light Weapons (CISALW) financé par l’Union Européenne (UE) et mis en œuvre, de novembre 2019 à mai 2021 par l’ONG Coginta en partenariat avec la ComNat-ALPC.
Selon le président par intérim de la ComNat-ALPC, Djokouéhi Léon, ces échanges et partages d’expériences sur le sujet permettront de faciliter la traçabilité des armes qui échappent au contrôle pour se retrouver dans la circulation illicite, servant ainsi à la commission de crimes et d’actes terroristes.
L’atelier, à en croire l’ONG Coginta, partenaire du projet, est d’une opportunité particulière, a relevé Regis Barou, chef de projet Coginta. Pour lui, la maîtrise des armes conditionne directement la paix et la stabilité.
Selon la CEDEAO, environ huit millions d’armes légères et de petit calibre circuleraient illicitement au sein de ses Etats membres. La prolifération et la circulation illicite de ces armes en Afrique de l’Ouest soutiennent l’émergence d’une criminalité transnationale organisée et des mouvements extrémistes violents. Les Etats de la CEDEAO peuvent se rassurer de l’appui constant de l’UE quant à son accompagnement dans la lutte contre la prolifération des armes légères dans la région et sur le contient. Ce qu’a souligné l’ambassadeur Jobst Von Kirchmann qui n’ a pas manqué de saluer les avancées déjà accomplies dans le domaine de la sécurisation des stocks d’armes, de leur identification et de leur gestion.


Augustin Tapé

Commentaires:

Aucun commentaire n'a été publié... Soyez le premier!